Marguerite Bornhauser
8

Format 19x28,5 cm
60 pages I Couverture rigide

Novembre 2018
ISBN : 978-2-490140-13-8



28 euros














En 1960, quelque temps après la parution de Bonjour Tristesse, Françoise Sagan pose ses valises sur la côte normande. Elle loue le Manoir du Breuil du 8 juillet au 8 août situé à quelques kilomètres de Deauville, en compagnie de deux amis. Le 7 août au soir ils se rendent au Casino de Deauville. A l’aube, après avoir joué le 8 toute la nuit, Françoise Sagan ressort riche de 80 000 francs. Lorsqu’elle rentre au manoir il est 8 heures du matin, il faut faire l’inventaire avec le propriétaire. Fatiguée, elle demande si, par chance, la maison ne serait pas à vendre. Il répond que oui, 80 000 francs. Elle sort les gains de son sac et les tend à l’homme un peu éberlué. C’est ainsi qu’elle fait l’acquisition du manoir qu'elle conservera toute sa vie.
La série "8" de Marguerite Bornhauser fait écho à cette histoire. Une interprétation libre, une réadaptation visuelle mêlant le Casino et les jeux, Deauville et ses hôtels de luxe, ses habitants de passage, sa vie nocturne et le chiffre 8.


In 1960, shortly after the publication of Bonjour Tristesse, Françoise Sagan takes a holiday on the Normandy coast with two friends. She rents an old and well known house, le Manoir du Breuil, a few kilometers from Deauville, from July 8 to August 8. The night before leaving she goes to the casino and spends the night there : 8 is the number she repeatedly calls. She comes out with 80,000 francs in cash. In her bag. Once back to the house it is 8 am. The landlord is there for inventory and paperwork. She’s exhausted. By any chance wouldn’t he be selling the house, she aks. He says yes, 80,000 francs would do. It did. Françoise Sagan remained there for the rest of her life.
Marguerite Bornhauser's series "8" echoes this story. A free interpretation, a visual revisitation of that story combining chance, the Casino and games, Deauville and its luxury hotels, the people going in and out, nightlife and the number 8.



Articles / Reviews:

Le Monde

Fisheye