TWENTY FOUR MODERN LORRAINE CHURCHES
Eric Tabuchi

Format 21 x 21 cm
48 pages I reliure Suisse sur carton gris
Impression offset quadri

ISBN : 978-2-918960-92-8
septembre 2016

Epuisé / Out of stock










Twenty-Four Modern Lorraine Churches, ouvrage publié à l’occasion de l’exposition Tables et Matières à la médiathèque des Abattoirs de Toulouse, documente de façon sérielle les églises de la reconstruction dans la région Lorraine. 
Durant l’automne et l’hiver 1944, la IIIe armée américaine remonte de Nancy vers le Nord de l’Allemagne. Faisant face à une forte résistance, elle bombarde les villages situés sur sa route pour ne laisser derrière elle que des hameaux en ruines. À partir de la fin des années cinquante, les églises démolies sont progressivement reconstruites dans un style moderne plus ou moins affirmé. 
C'est en rentrant de Strasbourg, un dimanche de l’hiver 2010, que je suis "tombé" sur l'église de Moyenvic. Emergeant de la brume au centre de ce petit bourg, les proportions de l'édifice et sa proximité avec les blockhaus de la Ligne Maginot a immédiatement éveillé ma curiosité. 
En interrogeant les habitants de la région, j’ai appris que ce bâtiment n’était pas un cas isolé. On m’a cité Dieuze, Lunéville et d’autres bourgades dans lesquelles je pourrai trouver des églises semblables. J’ai aussi ressenti, exprimée à demi-mots, une sorte de résignation face à cette architecture qu’ils n’avaient pas choisie et jamais vraiment acceptée. 
Ainsi, durant trois ans, j’ai refait le parcours qu’avait emprunté l’armée américaine à la recherche de ce qui, paradoxalement, m’apparaissait être des vestiges de la reconstruction. Et, comme souvent, j’ai cheminé un peu au hasard. 
Ce travail de recensement, s’il n’avait jamais été effectué et pour captivant qu’il ait pu être, ne représentait pourtant pas à mes yeux l’enjeu principal de cette série de photographies. Il s’agissait d’abord pour moi de décrire une rencontre, dans les circonstances tragiques que nous connaissons, entre cette Lorraine à la fois rurale et industrielle et l’architecture moderne - entre ces paysages austères et ces formes nouvelles. Il fallait rendre compte de ce surgissement, de cette étrangeté et d’une certaine façon de l’incompréhension qui en a découlée. C’était une étrange idée de penser réparer le traumatisme de la guerre avec des édifices coulés dans le même béton que les blockhaus voisins. 

Passé certains préjugés, elles me semblent plutôt belles : non pas tant ces églises, mais ces rencontres. Ce livre contribuera, je l’espère, à porter un autre regard sur ce territoire dont les églises de la reconstruction sont l’une des singularités. 

E.T.



Twenty-Four Modern Lorraine Churches, published in conjunction with the exhibition Tables et Matières at the Médiathèque des Abattoirs in Toulouse, serially documents churches of the reconstruction period in the Lorraine region.
During the fall and winter of 1944, the Third United States Army advanced from Nancy towards northern Germany. Facing strong resistance, it bombarded the villages along the way, leaving in its wake only hamlets in ruins. Beginning in the late 1950s, demolished churches were gradually reconstructed in a modern style that was more or less pronounced.
Returning to Strasbourg one Sunday in the winter of 2010, I "stumbled" upon the Moyenvic church. Emerging from the mists in the centre of this small town, the proportions of the building and its proximity to the bunkers of the Maginot Line immediately aroused my curiosity.
By questioning the residents of the region, I learned that this edifice was not an isolated case. They said that I would find similar churches in Dieuze, Lunéville and other villages. I also perceived a sort of half-expressed resignation towards this architecture that they had neither chosen, nor ever truly accepted.
So for three years, I retraced the route taken by the American army in search of what, paradoxically, seemed to me to be the remains of the reconstruction. And, as is often the case, I wandered somewhat randomly.
This work of surveying, however captivating it might have been, does not in my view represent the central issue of this series of photographs. The point for me was to describe an encounter, under all too familiar tragic circumstances, between this Lorraine, at once rural and industrial, and modern architecture – between these austere landscapes and these new forms. It seemed necessary to account for this sudden appearance, this strangeness, and to a certain extent, the resulting incomprehension. It was a strange idea to think of repairing the trauma of the war with buildings cast in the same concrete as the neighbouring bunkers.

Beyond certain prejudices, they appear rather beautiful to me: not so much these churches, but these encounters. This book will contribute, I hope, to casting a different light on this territory whose churches from the reconstruction are one of its singularities.

E.T.




Articles / Reviews:

www.vice.com

France Inter - Regardez voir

www.archicree.com

https://fabienribery.wordpress.com